TECHNOLOGIE, TENDANCES INTERNET, GAMING, BIG DATA

Des scandales en rafale couronnent la FIFA 2022 au Qatar

Des scandales en rafale couronnent la FIFA 2022 au Qatar

A lire la BBC et Le Monde, l’attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar est la plus controversée de tous les temps :

  • Lors d’une réunion à l’Elysée le 23 novembre 2010, le Qatar a acheté le droit d’organiser la compétition grâce à la médiation de N. Sarkozy, contre la cession du PSG et le gaz fourni aux États.
  • Un nombre considérable d’ouvriers a trouvé la mort au cours de ces travaux qualifiés de « pharaoniques », qui se chiffrent à 200 milliards de $.
  • Selon la chroniqueuse Alejandra Flores-Morales du magazine De Juego, ce sera la seule et unique édition à se tenir en hiver, du 21 novembre au 18 décembre 2022 : au Qatar, en juin et juillet, la température s’élève à 50°. 

L’empreinte Carbone en puissance maximale

 Le Qatar avait promis une climatisation avancée qui refroidit les stades et les fan zones à 23°C. Cependant, réalisant, en 2015, que climatiser les stades devenait une véritable bombe écologique, la FIFA organise le tournoi en hiver.

Russie et Mexique sanctionnés

La FIFA s’est prononcée en faveur de l’Ukraine, dans la guerre déclenchée par la Russie. Certes, on imagine mal quelles représailles Vladimir Poutine pourrait exercer contre la FIFA et le Qatar. Mais, la hausse des carburants, l’actualité meurtrière, pourraient entraver le confort visuel des compétitions. 

Le Mexique est également exclu, à cause du massacre au stade La Corregidora le samedi 5 mars, faisant 17 morts et 24 blessés, à coups de poings et de poignard.

Recours au travail forcé 

Le Qatar, régime de quasi-apartheid économique, a fait bâtir sept stades pour la finale, un nouvel aéroport, un nouveau métro et des routes, en recrutant 30.000 travailleurs étrangers. 

Amnesty International accuse le Qatar de recourir au travail forcé : les logements sont sordides, les migrants paient d’énormes frais de recrutement, Human Rights Watch évoque des « déductions de salaires punitives et illégales » et la confiscation des passeports, dans un système de parrainage appelé « Kafala ». 

Polémique sur le nombre de morts

Le Guardian déclare, début 2021, que 6 500 travailleurs migrants d’Inde, du Pakistan, du Népal, du Bangladesh et du Sri Lanka sont morts sur les chantiers de la coupe du monde. Le Qatar n’en avoue que 37, décès enregistrés comme étant de « causes naturelles ».

Le choix contre-nature du Qatar

Le Qatar était en concurrence avec les États-Unis, l’Australie, la Corée du Sud et le Japon, tous plus légitimes que lui sur l’échelle de valeurs du football.

Les soupçons de pots-de-vin accompagnent toute la procédure, mais l’enquête indépendante ne peut rien prouver. L’enquête française pour corruption a impliqué, entre autres, Michel Platini, Sophie Dion, collaboratrice de Nicolas Sarkozy, ainsi que son bras droit, Claude Guéant.

Compromission gazière des États 

Mohamed Ben Hammam, milliardaire et candidat malheureux à la direction de la FIFA, face à Joseph Blatter, aurait obtenu une compensation : l’organisation de la coupe du monde dans son pays. Le Qatar a de grandes ambitions financières, diplomatiques et touristiques pour l’après-pétrole.

En mars 2019, le Sunday Times révèle aussi que le Qatar a versé d’avance plus de 400 millions de dollars à la FIFA en droits de télévision, dont une centaine de millions en honoraires, vingt et un jours avant l’attribution de la Coupe. Les 24 membres du Comex ont touché 5 millions de dollars. Au total, 16 membres sur 24 du Comité exécutif de la FIFA ont été radiés, mais le vote a eu lieu : 14 voix contre 8 aux États-Unis. L’Australie n’a recueilli qu’une voix au premier tour, bien que deux électeurs affirment avoir voté pour lui. 

Des contrats gaziers considérables sont signés contre promesse de soutien. En 2011, Ben Hammam, compromis, démissionne contre l’assurance de confirmation de l’attribution de 2010. Blatter, Platini s’en sortent à merveille.

« Ils ont acheté le mondial » avec l’appui de la France

Nicolas Sarkozy organise « une réunion secrète » à l’Élysée, le 23 novembre 2010, accueillant le futur émir Al-Thani, Michel Platini et Sébastien Bazin, ami personnel de Sarkozy et représentant le fonds propriétaire du PSG :

  • Le rachat qatari du club devient effectif, à 70% en juin 2011, puis à 100%  le 6 mars 2012.
  • L’actionnariat qatari grimpe au sein de Lagardère, 
  • Sarkozy veut affaiblir Canal+ en créant BeIn Sport, filiale d’Al Jazeera, qui relaie Al Qaïda et Youssouf Al Qaradawi, justifiant les attentats-suicide.
  • Le marché conclut que Platini donne sa voix au Qatar et non aux États-Unis, comme prévu.

Une déstabilisation annoncée

Le parquet national financier a ouvert une enquête préliminaire pour « corruption privée », « association de malfaiteurs », « trafic d’influence et recel de trafic d’influence », qui pourrait ne pas aboutir. Elle soulève trop de points obscurs, tels que le financement de l’islam politique radical en France, le rôle du Qatar en Libye, la collusion présumée avec des milices extrémistes libyennes et le financement de groupes djihadistes au Sahel et en Syrie, qui ont assassiné nombre de civils et de soldats français, envoyés « réparer les pots cassés ».

%d blogueurs aiment cette page :